Encore une page supplémentaire pour le livre textile de ma maman.

Coquelicots médiévauxEntièrement réalisée à la main pendant les deux week-end des Grandes Médiévales d'Andilly: d'où le titre de cette page.

Le fond est constitué de morceaux de tissus blancs d'ameublement et de dentelles. Une bande de grossière toile de jute évoque la table sur laquelle est posé le vase (en soie de cravates). J'avais emmené toutes les chutes de tissus blancs, rouges et les soies mais je n'avais rien prévu pour faire la table: complètement oubliée la table ! Et pourtant, j'avais gribouillé un plan de mon projet sur une feuille de papier et la table y était sur ce dessin !!! J'ai donc du improviser et me découper une bande dans la toile de jute qui nous sert à habiller les murs de notre petit chalet médiéval. Ce qui justifie encore plus le titre de cette page...

Coquelicots médiévaux (détail)Un mélange de différents tissus (soies, velours et autres) pour les pétales et de la laine poilue rebrodée pour les tiges.

La technique utilisée est celle d'une petite dame japonaise, Madame Akiko Ike, technique qu'elle a nommé Chiku-Chiku. Cela consiste à assembler tous ces tissus en effectuant un point de quilting bien visible (ce qui donne cet aspect gaufré) et en appliquant les motifs à bords vifs et à gros points de broderie simples.

C'est en lisant un article sur le blog "Journal Textile" de Nadine Levé que l'envie m'a prise d'essayer cette technique et comme on ne peut travailler qu'à la main lors des Médiévales, c'était l'occasion rêvée de m'y mettre. Et il s'avère que c'est un peu addictif ! Contrairement à ce que je m'imaginais, c'est très sympa de faire ces gros points de quilt pour maintenir ensemble toutes ces différentes matières de tissus. On peut varier la couleur du point ou son orientation, ce qui apporte un autre rendu. Du coup, le Chiku-Chiku semble avoir fait des adeptes dans mon petit club !

En tous cas, moi je me suis lancée dans un autre projet avec du Chiku-Chiku: l'essayer c'est l'adopter !